Jean Pierre le Pierres

Jean-Pierre Le Pierres est né le 28 mars 1949 à Paris, est un professeur français d'Aikitai Jutsu 7e dan (ARA).

Sensei a débuté la pratique de l'aïkido en 1962 sous la direction de Jean Delforge et a suivi l'enseignement de plusieurs autres maîtres : Mitsuro Nakazano,Nobuyoshi Tamura, Masamachi Noro et André Noquet.

Il a créé la fédération Aïkitai jutsu Ryu Abe dans le but de promouvoir l'enseignement de l'aïki tel que le pratiquait maître Tadashi Abe, c'est-à-dire un aïkido dit « dur » où les attaques et les techniques doivent être réellement efficaces. Cette fédération, contrairement aux autres budo, ne prend pas en compte les aspects spirituels ou sportifs de l'aïkido. Elle se situe dans le bujutsu.

(extrait Wikipedia consacré à Jean Pierre Le Pierres)

Jean Pierre Le Pierres débuta l'aikido en 1962 à Ermont(95) ou il étudia avec Jean Delforge jusqu'en 1975, c'est au décès de Sensei Delforge qu'il reprend le club.
A partir de 1976 il passe à la FFAB sous la direction de Nobuyoshi Tamura, en 1980 se raproche de André Nocquet, et rentre par la même au GAAN où il rencontre notamment Christian Bouche Pillon aujourd'hui 7°dan aussi, ils s'entraînent jusqu'en 1987, c'est à ce moment que naît l'EFA, ce sera alors 8 ans de partenariat.

En 1995 l'ARA naît, l'Aikido Ryu Abe prend alors son envol, en 2008, un différent avec la FFAAA, que nous expliquons ici, nous oblige à abandonner le terme "aikido", nous devenons alors la première fédération d'aikitai jutsu, Sensei en profite pour remettre au gout du jour les "séries" que Tadashi Abe avait créé pour enseigner l'aiki aux européens, afin de remettre en place ce qui étaient à ses yeux les vrais bases de l'aiki.


Il est vrai que Sensei pratiquait un aiki qui pouvait paraître dur aux vues d'autres fédérations, mais elle se rapproche de l'enseignement de Tadashi Abe, le fait qu'il rende ses grades dès son retour au Japon montre bien son indignation des formes prises par l' AIKIKAI.
 
Ayant été le Uke régulier de Sensei, je me permet d'affirmer que la dureté n'est pas le terme adéquate, par contre nous trouvons la plupart des autres fédérations très "molles" (n'y voyez là aucune velléité de ma part).
Son seul désir avoué quant à ce genre de pratique est en effet un aiki "efficace", pas de danse,pas d'aiki sans atémis, pas de uke qui chute tout seul, pas de magie. C'est pourquoi il devient compliqué de parler des aspcets dits "spirituels" de notre pratique,cependant ,toute recherche spirituelle doit être individuelle et propre aux besoins de chacun.


L'ARA se refuse à "formater" les Uke, chaque pratiquant doit apporter sa propre identité à son aiki tant en tant que Uke que Tori, il est evident que le but est de travailler et donc de ne pas bloquer, mais en aucun cas refuser la douleur ou encore chuter sans une véritable action de Tori.


Senseï nous a quitté le 26 juillet 2016, La Budoshin et l'ARA sont des garants de la perpétuité de son héritage.

                       kotegaeshi sur kata dori men uchi

Bientôt le stage de Pâques à Granville départ le 29 mars 2018

 

Penser aussi au stage annuel de l'Ascencion du 10 au 13 mai.

 

Martialement Mickael et Julie.

Dernière mise à jour le 12.03.2018